Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

lanterne-ouvriere.57.overblog.com

lanterne-ouvriere.57.overblog.com

Pour un autre futur !


Marchands de canons

Publié le 25 Janvier 2013, 13:57pm

Marchands de canons

L’historien libéral, jacques Marseille spécialiste en économie, résume la polémique de l’affaire de Briey dans son livre où il fait l’éloge de la famille Wendel de cette façon :

« Est-il vrai que, à la demande de François de Wendel, le haut état major français aurait accepté de ne pas bombarder le bassin de Briey, alors totalement en terre allemande, pour épargner les usines et les puits de mine de la maison ? »1

Présentée comme victime, l’accusation est-elle vraiment sans fondement ? Bouc émissaire ou complice ? La 1ère guerre mondiale a fait 1 500 000 tués ou disparus et 2 800 000 blessés.

Nous verrons ici, que « les marchands de canons » d’hier et d’aujourd’hui influencent nos gouvernements, les corrompent. Les « marchands de canon » ne font pas que profiter de la guerre, ils les font durer et les provoquent même.

Discours à Genève, Ministre des affaires étrangères, Aristide Briand : « … Ce qui rend la situation actuelle si difficile, c’est que trop d’intérêts travaillent, contre la paix. Ceux-là sont contre nous qui croient (ils ne croient pas, ils en sont sûrs) que la suppression de la guerre les lèserait dans leurs intérêts matériels. Les fabricants de munitions, les constructeurs d’armements travaillent contre la Société des Nations, contre le Pacte de Paris, et ils paient des campagnes de presse qui, à chaque instant, entravent nos efforts. Les articles contre la Paix sont écrits avec une plume taillée dans le même acier que les canons et les obus… »2

Zaharoff, était (le meilleur) représentant de commerce et premier actionnaire du fabricant d’armes britannique Vickers.

Zaharoff a fait nommer Paul Clémenceau (frère de Georges) au poste d’administrateur d’une dizaine de sociétés d’explosifs, Albert Clémenceau (autre frère de Georges) avocat du groupe Schneider était administrateur de la plupart des sociétés de Zaharoff et Michel Clémenceau (fils unique de Georges) était l’un des dirigeants français de Vickers.3

Les experts sont d’accords sur le fait que la 1ère guerre mondiale aurait pu durer six mois seulement si le bassin de Briey, riche en minerai de fer, avait été bombardé privant ainsi les Allemands de leur ressource principale en matière première pour les industries d’armements.

Ayant duré quatre ans, pour le bonheur des représentants du comité des Forges, « Sir Basil Zaharoff encaisse de 1914 à 1918 et pour le seul compte de son groupe (chiffre qui donne la mesure des profits de ses compères) soixante milliards de francs de bénéfices(…) »4

La rumeur de Briey ressemble plutôt à de la trahison.

Pour la 2ème guerre mondiale, la préparation du conflit suit le même schéma : « tensions dangereuses, paix menacée, chômage, déséquilibre commercial et industriel, nécessité de recourir au procédé traditionnel de décongestion : la guerre… » (Dixit Hoover, président des Etats Unis 1929/1933)

Les métallurgistes s’occupent des préparatifs :

Hotchkiss a fourni le Japon en armes.

Usine Schneider a fourni l’Allemagne en tanks.5

L’auteur allemand, Richard Sewinsohn dénonce la maison d’armement Skoda (Schneider, patron français) entre autres, d’envoyer des fonds à Hitler.

M. François-Poncet, ambassadeur français à Berlin, fut le négociateur de Wendel.6

N’ayez pas d’inquiétudes, la recette fonctionne toujours. Voici quelques exemples parmi tant d’autres :

2010, la France et l’Allemagne ont prêté plusieurs milliards d’euros à la Grèce dans le but officiel d’éponger la dette de ce pays. Paradoxalement la crise financière n’a pas freiné la Grèce dans ses achats en masse d’armes (ce faisant concurrence avec la Turquie), ce qui aurait même englouti le pays dans les profondeurs abyssales de l’endettement.

Nous savons aujourd’hui que le prêt d’argent a permis à la Grèce d’acheter des armes (sous-marins, hélicoptères…), à qui ? A la France et à l’Allemagne bien sûr !

Pour les uns profits financiers, pour tous les autres mesures d’austérités.7

La Russie souhaite acheter à la France leurs nouveaux bateaux de guerre, le Mistral. A savoir que le président Géorgien Mikheïl Saakachvili essuie un échec militaire face à la Russie qui occupe son territoire. « D’un point de vue technique et légal, la Russie demeure en guerre avec un de ses voisins. Une telle vente se ferait au profit d’un agresseur essayant de légaliser le nettoyage ethnique de 500 000 citoyens –géorgiens- et l’occupation illégale, par la force, de 20 % du territoire d’un état souverain ».8

M. Pougatchev (38ème fortune de Russie) est l’homme qui s’occupe de faire le lien entre Paris et Moscou. Il pourra ainsi profiter de la construction du navire, une partie sera faite en Russie par le groupe OPK dont il est propriétaire. En France, il détient l’épicerie de luxe Hédiard, la chaîne Luxe TV et le quotidien France-Soir.9

Les marchands d’armes ont les appuis politiques (par financement des campagnes électorales…) pour faire fonctionner leurs affaires au détriment de nos vies.

Références :

1 : p. 246 « Les Wendel 1704-2004 » de Jacques Marseille, Perrin 2004

2 : P. 19 « marchands de canons », Mignolet et Storz éditeurs Paris 1933

3 : P. 12 « Armes de corruption massive, secrets et combines des marchands de canons », Jean Guisnel, La Découverte, Paris 2011.

4 : p. 27 « marchands de canons », Mignolet et Storz éditeurs Paris 1933

5 : p. 28 « marchands de canons », Mignolet et Storz éditeurs Paris 1933

6 : p. 29 « marchands de canons », Mignolet et Storz éditeurs Paris 1933

7 : p. 300-302 « Armes de corruption massive, secrets et combines des marchands de canons », Jean Guisnel, La Découverte, Paris 2011.

8 : p. 295 « Armes de corruption massive, secrets et combines des marchands de canons », Jean Guisnel, La Découverte, Paris 2011.

9 : p. 292 à 297 « Armes de corruption massive, secrets et combines des marchands de canons », Jean Guisnel, La Découverte, Paris 2011.

Extraits du livre : « Marchands de canons »

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents